Top 5 des métiers pour les passionnés de chevaux

passionnés de chevaux

Le cheval est un animal qui attire beaucoup de personnes. Plusieurs raisons peuvent être à la base de votre passion pour les chevaux comme la compagnie du cheval, la pratique d’activités équestres… Pour certains, ce désir est tellement grand qu’ils envisagent de travailler dans le secteur équin. Découvrez dans cet article 5 métiers pour les passionnés des chevaux.

1. Éleveur équin

Devenir éleveur équin dans une écurie vous permettra de côtoyer les chevaux tous les jours. C’est un métier très important, car l’éleveur équin a un rôle majeur dans la vie du cheval et de toute l’écurie. C’est lui qui répond à leurs besoins de tous les jours. En effet, l’éleveur équin se charge quotidiennement de nourrir tous les chevaux de son écurie. C’est également lui qui administre les soins médicaux courants aux animaux de l’élevage. Il réalise le pansage, le curage des sabots, la tonte… Outre cela, il est aussi chargé du nettoyage des boxes dans lesquels les chevaux vivent. Il doit donc veiller sur l’environnement de ces derniers. L’éleveur équin est très proche des animaux qui sont sous sa responsabilité parce qu’il les côtoie régulièrement. Par conséquent, il doit leur donner un maximum d’affection. Bien que ces tâches soient très importantes, l’éleveur joue un rôle encore plus grand auprès des chevaux, car il est celui qui organise la reproduction de tout le cheptel. Il s’assure que ses animaux sont en bonne santé pour se reproduire. C’est également lui qui choisit les étalons et les croisements à réaliser.

Il aide par ailleurs les juments à mettre bas et veille sur la santé des poulains. Ainsi, l’éleveur équin doit s’occuper du bien-être de ces derniers, de la conception jusqu’à ce qu’ils puissent être vendus. L’éleveur équin doit donc connaître parfaitement son cheptel et tisser une vraie relation avec ses animaux. Pour être un éleveur équin, il faut avoir une certaine expérience des chevaux. Par exemple, un ancien cavalier ou un palefrenier soigneur aura l’expérience nécessaire pour devenir éleveur de chevaux.

2. Le palefrenier soigneur

Le métier de palefrenier ou de soigneur équin est une autre option intéressante. Il est exercé par des passionnés de chevaux, mais qui ne souhaitent pas monter à cheval professionnellement. Ce métier s’exerce la plupart du temps dans des endroits précis comme les écuries de compétition, les haras, les centres équestres ou les exploitations agricoles privées. Le palefrenier soigneur monte rarement les animaux dont il s’occupe. Il est chargé d’assurer le nettoyage quotidien des écuries et la stabilisation des sols. Cette tâche peut lui prendre près de la moitié de son temps de travail. Par ailleurs, c’est lui qui nourrit les chevaux et leur prodigue les soins vétérinaires de base dont ils ont besoin. Il les surveille et alerte le responsable en cas de problèmes au sein du cheptel (cheval malade, blessé…). Il se charge également des balades quotidiennes des chevaux et les conduit au pré ou au paddock. Le palefrenier est responsable du bien-être de tous les animaux de l’écurie. Vu sa proximité avec les chevaux, il doit être quelqu’un de vigilant et de très attentif afin de détecter tout problème anormal (blessure, comportement alimentaire, état psychologique…) chez les bêtes. Il faut aussi préciser que le palefrenier est également chargé de l’entretien du matériel d’équitation.

3. Le vétérinaire et l’auxiliaire de santé équine

Le métier de vétérinaire est destiné à ceux qui aiment les animaux en général. Cependant, ceux qui sont passionnés par les chevaux et dont le but est de s’occuper d’eux peuvent se spécialiser en santé équine. Le vétérinaire est souvent accompagné de l’auxiliaire de santé équine. Ce dernier est le véritable bras droit du vétérinaire. C’est lui qui l’assiste durant les examens, les soins et les opérations qui doivent être réalisées.

4. Le maréchal-ferrant

Le maréchal-ferrant est l’un des métiers les plus anciens dans ce secteur d’activité. De plus, il est exclusivement lié au cheval. C’est un métier qui consiste à soigner et à protéger les sabots des chevaux en leur posant des broches et des fers qu’il fabrique lui-même. Le maréchal-ferrant doit avoir des connaissances bien spécifiques sur tout ce qui concerne la forge, la ferrure (les différents types de fer, les techniques de mise en place…) et les pathologies des pieds des équidés. Ce professionnel des chevaux doit également avoir une bonne connaissance du comportement de ces derniers afin de pouvoir les maîtriser en cas de problème lors de la pose des broches.

5. Le cavalier professionnel

Le cavalier professionnel est un passionné de chevaux et d’équitation. Ce professionnel monte les chevaux au travail, au débourrage ou en compétition. Il est engagé par un ou plusieurs propriétaires pour monter les chevaux. Il permet d’éduquer les jeunes chevaux afin de pouvoir les valoriser par la suite en concours ou lors de courses. Il existe deux sortes de cavaliers professionnels : le jockey et le driver. Le jockey participe à des courses de galop. Celles-ci peuvent être à plat ou avec des obstacles. Par contre, le driver participe à des courses de trot. Toutefois, ces deux métiers ne peuvent pas être exercés par tout le monde, car certaines exigences en termes de poids et de taille doivent être respectées. Ces limitations sont exigées pour le bien-être du cheval.

Se former dans le graphisme : les logiciels à maitriser absolument !
Comment booster les performances de vos équipes commerciales en B2B ?
S’expatrier pour booster sa carrière, bonne ou mauvaise idée ?