Cycle menstruel : 5 choses à savoir sur les règles

Cycle menstruel

La femme suit un cycle : de la puberté à la ménopause, son corps subit des variations hormonales fortes. Entre les deux, il y a les règles. Elles reviennent tous les mois et apportent leur lot d’effets secondaires. Mais que sait-on vraiment de ce saignement récurrent ? Levons le voile sur les règles, voici 5 faits sur ce phénomène physiologique mystérieux.

Les différentes protections hygiéniques existantes

La femme d’aujourd’hui a l’opportunité de choisir les protections périodiques qui lui conviennent le mieux. On connaît les éternels tampons et serviettes jetables, mais le marché de l’hygiène intime féminine s’est développé ces dernières années. Ce sont des alternatives dites durables, qui respectent à la fois le corps de la femme et l’environnement. Moins de déchets et moins de perturbateurs endocriniens à la clé, la protection hygiénique se veut responsable. Ainsi, la femme peut se tourner vers la culotte de règles, la coupe menstruelle, le tampon bio ou encore la serviette lavable. La peur de tâcher ses sous vêtements en pleine journée disparaît et la promesse de respecter sa muqueuse est avancée. De plus, en choisissant la protection hygiénique qui convient à ses préférences et à ses habitudes, la femme se réapproprie son corps et son image.

Avant les règles, il y a le syndrome prémenstruel

Être une femme n’est pas de tout repos. Non seulement, elle peut ressentir une douleur plus ou moins prononcée durant ses menstruations, mais elle subit également un autre phénomène. Il s’agit du syndrome prémenstruel. Cette période allant de 2 à 10 jours avant les règles est annonciatrice des saignements à venir. En quelque sorte, elle sert à prévenir l’arrivée des menstruations et se caractérise par divers symptômes. La liste des troubles est longue et non exhaustive : maux de tête, douleurs abdominales, constipation, diarrhée, fatigue, anxiété accrue, fuites urinaires, augmentation ou perte de l’appétit… La période des règles ne se limite donc pas au simple saignement. Elle occupe une place importante dans la vie d’une femme et se vit parfois difficilement. Heureusement, il existe des moyens pour en contenir les effets. Une discussion avec un professionnel de santé est nécessaire afin d’obtenir des conseils pour mieux vivre cette période.

Les filles n’ont pas leurs premières menstruations au même âge

Non, il n’existe pas un âge fixe concernant l’apparition des premières règles. Cependant, on constate une moyenne d’âge et celle-ci a tendance à diminuer au fil du temps. Selon l’Inserm, les jeunes filles sont susceptibles d’avoir leurs règles entre 11 et 13 ans, soit au moment du début de la puberté. Mais le fonctionnement du corps humain est loin de suivre des règles toutes tracées. Certaines demoiselles auront leurs règles dès l’âge de 8 ans tandis que d’autres devront attendre la fin du lycée avant de saigner pour la première fois. L’arbre généalogique du côté féminin peut aider à anticiper la chose. En se renseignant sur les premières règles des femmes de la famille, on peut établir des suppositions et deviner à quel âge la jeune fille pourrait les avoir. Une arrivée tardive des premières règles n’est pas grave en soi. Toutefois, si un doute persiste, il est conseillé d’en parler avec le gynécologue.

Les douleurs de règles beaucoup trop intenses ne sont pas normales

Outre un écoulement de sang plus ou moins abondant, la présence des menstruations se caractérise par une douleur dans le bas du ventre. Dans le jargon médical, ces douleurs sont appelées des « dysménorrhées ». En réalité, ces douleurs menstruelles peuvent survenir quelques jours avant les règles et se manifestent fortement durant les deux à trois premiers jours des écoulements. Une femme peut ressentir une petite sensation dans le bas du ventre, tandis qu’une autre peut souffrir de spasmes. Néanmoins, il convient de surveiller ces sensations, car elles ne doivent pas devenir handicapantes. Une douleur beaucoup trop intense est suspecte. Il est alors conseillé d’en parler avec son médecin traitant ou son gynécologue afin d’écarter des maladies telles que l’endométriose. Non, il n’est pas normal de souffrir pendant ses règles et il faut agir avant qu’une éventuelle maladie ne se développe davantage.

Le sexe pendant les règles, c’est possible

Le sexe pendant les règles est un sujet tabou et il est notamment peu abordé, voire évité, au sein des couples hétérosexuels. En effet, il existe un blocage notable chez les garçons et même chez certaines filles. Personne n’est à l’aise avec le sang, on le trouve sale. Pourtant, il est possible d’avoir des rapports sexuels durant cette période. Une fois la barrière psychologique brisée, le couple peut s’adonner aux plaisirs charnels habituels. Les menstruations offrent même quelques avantages : elles favorisent une lubrification naturelle du vagin. Ainsi, la pénétration se fait très simplement. Certaines femmes parviennent aussi à oublier leurs douleurs durant ce moment où le lâcher prise est de mise. Il n’y a donc pas de contre-indications. Cependant, il faut rester prudent et se protéger à l’aide d’un contraceptif. Cela permet d’éviter de contracter une infection sexuellement transmissible ou une grossesse non désirée.

Dépression : les symptômes qui doivent vous alerter
5 questions fréquentes sur les assurances vie
La mutuelle santé familiale, comment ça marche ?