Comment fabriquer son e-liquide pour cigarette électronique ?

E-liquide fait maison

Pour diverses raisons, la fabrication de son e-liquide constitue un moyen économique et créatif dans l’objectif de l’élaboration d’un produit à vapoter. De toute manière, cette volonté de création nécessite parfois des précautions accentuées dans la détermination des taux de concentration effectifs de certains éléments de ses composants. À vrai dire, la fabrication d’une telle solution spécifiquement réservée au vapotage nécessite le passage à des étapes inséparables pour aboutir à sa parfaite réussite. Quoi qu’il en soit, certaines indications doivent être absolument considérées à priori pour parvenir à une meilleure efficacité d’un tel projet.

Notification à tenir compte lors de la fabrication d’un e-liquide fait maison

 En principe, en procédant à un mélange de trois corps simples, composés essentiellement des ingrédients de base, des arômes et de la nicotine, la combinaison qui en résulte permet la création de l’e-liquide voulu. Pour les novices à la fabrication, sachez que l’e-liquide ainsi constitué entre dans le cadre des éléments fondamentaux de la pratique du vapotage. Toutefois, avant d’entreprendre une analyse sommaire du processus de fabrication de l’e-liquide proprement dit, il convient de noter que la prise de décision à propos de son goût dépend, en grande partie, de l’expérience propre du manipulateur. Dans tous les cas, les caractéristiques de la recette programmée peuvent être définies globalement en fonction du taux PG/VG ou (Propylène Glycol/Glycérine Végétale) adopté dans ce sens. Entre autres, la quantité de vapeur ainsi produite varie essentiellement en changeant cette proportion pour la constitution du mélange DIY. De surcroît, un rajout d’aromes et liquides autorise, en quelque sorte, l’obtention d’un e-liquide ayant des saveurs fruitées ou autres selon ses préférences. Pour autant, l’apport d’Arome et liquide reste toujours déterminant dans la fabrication de la juice. Celui-ci  participe effectivement à la formation des saveurs propres à sa guise. Pour plus d’infos, cliquez ici.

Conception de base de la confection de l’e-liquide DIY

  Pratiquement, le but de l’analyse consiste à l’évocation de la base nécessaire à la confection d’un e-liquide DIY pour cigarette électronique. Dans cette optique, toutes les améliorations se rapportant à la qualité du mélange obtenu dépendent, dans une certaine mesure, de la retouche personnelle apportée lors de la réalisation de l’opération. En principe, le processus de fabrication de l’e-liquide se subdivise en trois parties bien distinctes dont la première phase consiste dans le choix de la base sans nicotine, formée essentiellement d’une composition de PG et VG. Dans la deuxième partie, un rajout des boosters de nicotine permet l’obtention d’un taux de nicotine souhaité. Et, bien entendu, dans la troisième et dernière phase se situe l’apport des additifs du genre d’un Arôme et liquide visant à donner une note particulière à la production selon vos préférences. Néanmoins, dans bien des cas, l’adoption de cette dernière phase demeure une option facultative. En procédant de la sorte, il y a lieu d’identifier que la base forme l’élément primordial dans la constitution de l’e-liquide. Sa concentration peut s’articuler autour de 70 à 90 % du mélange pour un dosage neutre. Autrement dit, de telles catégories d’e-liquide reste encore sans goût et dépourvue de nicotine. De toute manière, sachez bien que la composition de la base entrera dans la stimulation du hit ou la sensation de contraction du larynx tant préférée par les adeptes du vapotage. Elle est également décisive dans la recherche de la texture de la vapeur souhaitée. Malgré tout, il faut faire attention au dosage de telle base. Au fait, elle peut altérer, au juste, par l’action de certains aromes et liquides en les adoucissant à l’instar de leurs goûts sucrés. Ce qui dénote, en fin de compte, que des mesures de précaution doivent être à prendre dans bien des cas, pour ne pas défigurer l’image de la création.

L’e-liquide constitue-t-il un produit nocif ?

En plus de son utilité au quotidien dans le domaine du vapotage, il y a lieu aussi d’apercevoir toutes les propriétés de l’e-liquide sous d’autres angles. De cette manière, comme étant un produit chimique, il est fortement déconseillé tout contact direct avec la peau. Dans de tels cas, le sujet se trouve immédiatement dans l’obligation de laver les mains. Et par la suite, en cas d’une sensation douteuse, il faudra aller consulter un médecin. Il en est de même pour tout contact avec les yeux. C’est aussi plus dangereux que son application sur la couche externe de la peau. C’est ainsi que le port d’une lunette de protection en permanence est indispensable durant toute la période de la manipulation des différents ingrédients entrant dans la fabrication du mélange recherché.

Des solutions préfabriquées pour les adeptes du vapotage

D’autant plus, la destination finale réservée à l’e-liquide est avant tout le vapotage à l’aide d’une cigarette électronique. C’est ainsi que toute autre finalité à l’encontre de cette directive demeure strictement prohibée pour ne pas nuire à l’état de votre santé. En l’occurrence, l’ingestion de tel produit doit être instamment évitée, et ce, autant que faire se peut pour la sécurisation du fumeur. Par ailleurs, dans le circuit commercial du moment, on s’aperçoit que des solutions présentant des concentrations les plus diverses de nicotine sont disponibles auprès des revendeurs spécialisés. Ce qui autorise à l’utilisateur de faire son choix. Il y a celle qui ne renferme pas de nicotine et celle qui contient un dosage assez élevé pouvant atteindre un taux variable allant de 16 à 18mg/ml et 24 à 36mg/ml. L’Arome et liquide s’y rapportant reste ainsi à déterminer personnellement par l’utilisateur.