Un monde en mutation : des bouleversements économiques, politiques et technologiques significatifs

Le monde change : les certitudes longtemps considérées comme certaines cèdent la place à l’incertitude. Toutefois, ce n’est pas une coïncidence. Car l’histoire montre que c’est généralement la deuxième décennie d’un siècle qui a apporté des changements structurels fondamentaux et des ruptures systémiques. Ces évolutions ont toujours été le résultat d’une combinaison de facteurs économiques, politiques et technologiques. Les résultats ont été des tournants presque magiques, toujours dans la deuxième décennie. Il s’agit, par exemple, des années 1914 avec le début de la Première Guerre mondiale et 1815 avec la fin du Congrès de Vienne, qui a réorganisé la propriété de l’État en Europe. Les années 1713 peuvent également être placées dans le même ordre, avec de nombreux conflits, dont la guerre de Succession d’Espagne, 1618 avec la seconde défenestration de Prague et le début de la guerre de Trente Ans, et 1517 avec la Réforme, dont le 500e anniversaire est célébré cette année. Le point commun de ces années historiques est le fait qu’après les bouleversements respectifs, le monde était différent d’avant.

Trois bouleversements centraux des dix dernières années

Quiconque regarde l’actualité mondiale reconnaîtra également des bouleversements : sous la forme d’un revirement technologique, économique et politique.

iPhone marque un revirement technologique

Le revirement technologique a déjà eu lieu au début de la décennie. Symbole de ce bouleversement, l’iPhone, dont l’introduction a apporté à l’humanité un nouveau niveau de performance technologique, mais l’a en même temps catapultée dans une nouvelle forme de dépendance. Le premier iPhone a été lancé en 2007, mais il n’a connu son succès qu’à partir de juin 2010, lorsqu’il est passé 1,7 million de fois en trois jours de vente. Le phénomène du “chacun pour soi” a fait son apparition et a entraîné des changements radicaux dans le mode de vie, les structures sociales, les modèles économiques, mais aussi dans les droits politiques fondamentaux tels que la vie privée et la liberté d’opinion.

Le redressement économique par la crise financière mondiale

Le redressement économique a marqué la crise financière mondiale2007/2008. Depuis lors, les entreprises opèrent dans un monde “VUCA” : un environnement que l’on peut décrire comme volatile, incertain, complexe et ambigu. La volatilité des marchés boursiers et obligataires est énorme. De nombreux événements ne peuvent plus être calculés avec les probabilités classiques, ils sont peu incertains. Les questions sur la vie de l’euro, la durée de vie restante de l’énergie nucléaire ou l’influence de l’intelligence artificielle sur les marchés du travail ne présentent que des réponses incertaines. Néanmoins, des événements hautement improbables peuvent également se produire : le phénomène des cygnes noirs.

L’Union européenne lutte pour la cohésion

Après les bouleversements technologiques et économiques, l’année 2014 a finalement apporté un tournant politique (sécuritaire). Depuis lors, le monde semble s’être “désagrégé”. L’invasion de l’Ukraine par la Russie et l’annexion de la Crimée en violation du droit international ont été suivies de nombreux attentats perpétrés par des organisations terroristes dans le monde entier. Il y a également eu d’importants flux de réfugiés en provenance d’Afrique, d’Afghanistan et du Moyen-Orient, qui continuent à être une source de grande préoccupation. En effet, l’Europe comptait sur une stabilité et une sécurité croissantes dans le cadre d’une intégration européenne plus poussée.

En attendant, les crises et les guerres dans les régions voisines menacent directement et indirectement la sécurité de l’Europe. À cela s’ajoute l’effritement de la cohésion de l’Union européenne (UE), qui s’est jusqu’à présent exprimé le plus fortement dans la décision britannique du Brexit et les dures négociations entre la Grande-Bretagne et l’UE, ainsi que les irritations avec la Turquie, partenaire de l’OTAN.

Tout compte fait, un changement radical dans la manière dont les conflits sont menés devient apparent. L’accent est de plus en plus mis sur les acteurs non étatiques tels que l’IS ou Boko Haram. Le droit international ne prévoit pas d’intervention dans ces cas, ce qui pose un dilemme aux États occidentaux. En outre, les cyberattaques représentent désormais une autre forme de menace. Les développements technologiques rendent possibles les attaques virtuelles, par exemple sur les centrales nucléaires, où la limite de l’action militaire est difficile à évaluer. En outre, les acteurs impliqués sont souvent inconnus.

Les négociations complètent les mesures stratégiques et militaires

Ces chocs profonds exigent vision, fiabilité et confiance. Il est essentiel de maintenir un équilibre entre un cadre stable de valeurs qui transcende les nations, les religions et les intérêts individuels représentés par les nombreux acteurs de la scène mondiale. L’OTAN, par exemple, poursuit cet objectif par des moyens politiques et militaires. Les 29 États membres ont pour objectif d’investir chaque année 2 % de leur produit intérieur brut dans la défense commune.

Toutefois, pour apporter une paix durable aux régions du monde en crise, il est également nécessaire de soutenir ces pays dans la construction d’une infrastructure durable. Cela comprend les établissements d’enseignement, les accords commerciaux, les programmes de formation pour la police et l’armée, ainsi que la mise en place et l’expansion des infrastructures de transport. C’est pourquoi les acteurs politiques doivent se réunir régulièrement à la table des négociations. Malgré les récentes critiques, les sommets réguliers des chefs d’État et de gouvernement les plus importants offrent un cadre approprié. Étant donné leur importance croissante, des pays comme l’Inde, la Russie et la Chine pourraient également apporter une contribution significative à ces sommets à l’avenir.