Les nouvelles technologies adaptées à la route

Accueil / Automobile/Moto/Mécanique / Les nouvelles technologies adaptées à la route

Publié le : 08 septembre 20207 mins de lecture

Les applications et les systèmes techniques intelligents devraient rendre la vie plus facile et plus agréable. Mais l’interaction avec des machines, des machines vocales ou d’autres systèmes techniques vous rend-elle vraiment heureux ? Vous sentez-vous compris avec vos problèmes que la technologie devrait résoudre pour vous ? Dans de nombreux cas, la réponse est probablement non. Car bien que les systèmes techniques deviennent de plus en plus flexibles et indépendants, les machines intelligentes ne disposent pas des capteurs sensibles et de l’intelligence nécessaires pour vraiment comprendre leurs homologues humains. 

Aujourd’hui, la technologie intelligente peut déjà utiliser des capteurs en contact avec les personnes pour identifier les préférences ou les intentions des utilisateurs et la manière dont celles-ci doivent être prises en compte. Mais ce n’est que si la technologie peut réagir avec sensibilité et rapidité à ses utilisateurs, si elle prend en compte la personne dans sa globalité avec son état d’esprit émotionnel actuel, ses capacités, ses préférences et ses besoins, qu’elle sera réellement perçue comme coopérative et humaine et acceptée comme une aide ou un partenaire. 

Comment un système ou une machine peut-il donc remarquer dans quel état émotionnel se trouve son homologue humain ? La tête ronronne-t-elle déjà tellement que l’apport n’est plus possible ou qu’une distraction réduit l’attention ? Afin de reconnaître ces processus psychologiques, il est logique de mesurer directement où la maladie se manifeste : à savoir dans le cerveau.

La vision des nouvelles technologies routières : des systèmes humains-technologies adaptables et intelligents

Dans le cadre de la recherche neuroscientifique fondamentale, des interfaces cerveau-ordinateur BCI ont été développées, qui permettent de tirer des conclusions sur les états cognitifs et émotionnels de l’utilisateur sur la base des modèles d’activation dans le cerveau. Jusqu’à présent, les BCI ont été utilisés principalement pour des applications médicales, par exemple, lorsqu’il s’agit de communiquer avec des patients gravement paralysés. 

Toutefois, leur utilisation nécessite encore des conditions de laboratoire strictement contrôlées. Dans les situations réelles d’interaction entre l’homme et la technologie, ils ne peuvent être utilisés sans plus attendre. Dans les laboratoires de recherche, on étudie comment les BCI peuvent également être utilisés de manière rentable pour des applications en dehors du domaine médical. Il est important de faire la distinction entre les ICB actifs et passifs. 

Alors que les BCI actifs sont utilisés pour le contrôle volontaire en médecine, par exemple pour contrôler une prothèse de bras pour les patients, les BCI passifs se concentrent sur l’activité cérébrale spontanée des humains, qui est enregistrée incidemment pour ainsi dire. La vision en rapport avec les ICB passives est des technologies dites neuroadaptives. Il s’agit de systèmes techniques adaptables qui enregistrent les états de l’utilisateur mental en fonction de l’activité cérébrale à l’aide de la technologie des neurocapteurs, les interprètent implicitement par apprentissage automatique et réagissent ensuite intelligemment aux états de l’utilisateur détectés. Comment pouvez-vous pratiquement imaginer une nouvelle technologie adaptée ? Les technologies neuro-adaptatives permettent de mesurer les états mentaux de manière implicite et continue et donc de détecter rapidement les déviations ou les changements. Cela permet de concevoir des systèmes techniques qui s’adaptent à des états émotionnels et cognitifs reconnus, favorisent la concentration ou permettent un apprentissage personnalisé.

En outre, les situations critiques d’interaction entre l’homme et le robot peuvent être rapidement détectées au moyen de nouvelles technologies routières afin de concevoir une collaboration confortable et acceptée. Par exemple, le robot peut enrichir l’humain avec des parties plus lentes ou même faire une pause lorsqu’il détecte que l’humain est distrait. Cependant, si le robot reconnaît que son homologue humain est entièrement concentré, la vitesse peut être augmentée de manière flexible en conséquence.

À découvrir également : Les femmes sont de mauvaises conductrices, pourquoi ?

Les technologies nouvelles et adaptatives centrées sur l’homme peuvent être utilisées dans tous les secteurs.

L’objectif des recherches est d’aligner de manière cohérente l’intelligence et l’autonomie croissantes des systèmes techniques sur les besoins et les capacités des personnes. Quel que soit le secteur ou l’industrie : les nouvelles technologies d’adaptation des routes peuvent être adaptées et utilisées individuellement. Ils permettent de concevoir l’interaction homme-technologie d’une manière qui la rende amusante, car elle soutient et fait progresser les gens de manière imperceptible, exactement de la bonne manière.

De cette manière, la technologie ne devrait pas seulement être perçue comme un outil utile, mais devrait également permettre aux gens de leur offrir un potentiel de développement supplémentaire et de faire des expériences significatives et positives. En raison des implications sociales considérables, notre recherche ne se limite pas aux défis techniques. Car si les nouvelles technologies sont appliquées dans le domaine non-médical, elles doivent être constamment orientées vers les besoins et les valeurs éthiques des utilisateurs et de la société. Les applications possibles des nouvelles technologies adaptées à la route sont illimitées.

À parcourir aussi : IAA : le nouveau monde de la mobilité avec les outils électroniques

Les technologies nouvelles, comment cela fonctionne-t-il en pratique ? 

Pour illustrer la façon dont le feedback neurologique peut être mis en pratique, on a développé un démonstrateur intelligent. Il s’agit d’un nouvel environnement d’entraînement au feedback gamifié. Il permet aux utilisateurs d’apprendre à contrôler eux-mêmes leur activité cérébrale grâce à un feedback basé sur la réalité virtuelle RV. L’environnement d’entraînement combine le concept de contrôle implicite de l’activité cérébrale avec un EEG mobile portable dans un environnement de RV interactif et immersif. Cela permet d’entraîner des états de relaxation et de concentration afin de favoriser le bien-être subjectif.

Plan du site