Le modèle économique de flux circulaire des échanges

L’un des principaux modèles de base enseignés en économie est le modèle de flux circulaire, qui décrit de manière très simplifiée le flux et les produits dans l’ensemble de l’économie. Le modèle représente tous les acteurs d’une économie en tant que ménages ou entreprises (sociétés), et il divise les marchés en deux catégories : Marchés des biens et des services et Marchés des facteurs de production (marchés des facteurs). N’oubliez pas qu’un marché n’est qu’un lieu ou acheteurs et vendeurs se réunissent pour générer une activité économique.

Marchés des biens et des services.

Sur les marchés des biens et services, les ménages achètent des produits finis à des entreprises qui cherchent à vendre ce qu’elles fabriquent. Dans cette transaction, l’argent circule des ménages vers les entreprises. Notez que l’argent, par définition, circule de l’acheteur au vendeur sur tous les marchés. D’autre part, les produits finis passent des entreprises aux ménages sur les marchés des biens et des services.

Marchés des facteurs de production.

Si les marchés des biens et des services étaient les seuls disponibles, les entreprises finiraient par avoir tout l’argent dans une économie, les ménages auraient tous les produits finis et l’activité économique s’arrêterait. Heureusement, les marchés des biens et des services ne disent pas tout, et les marchés des facteurs servent à compléter le flux circulaire d’argent et de ressources. Le terme « facteurs de production » désigne tout ce qui est utilisé par une entreprise pour fabriquer un produit final. Les facteurs de production sont par exemple le travail (le travail est effectué par des personnes), le capital (les machines utilisées pour fabriquer des produits), la terre, etc. Les marchés du travail sont la forme la plus souvent évoquée d’un marché des facteurs, mais il est important de rappeler que les facteurs de production peuvent prendre de nombreuses formes. Sur les marchés de facteurs, les ménages et les entreprises jouent un rôle différent de celui qu’ils jouent sur les marchés des biens et des services. Lorsque les ménages fournissent (c’est-à-dire fournissent) de la main-d’œuvre aux entreprises, ils peuvent être considérés comme les vendeurs de leur temps ou de leur produit de travail. (Techniquement, on peut plus exactement considérer les salariés comme étant loués plutôt que vendus, mais il s’agit généralement d’une distinction inutile). Par conséquent, les fonctions des ménages et des entreprises sont inversées sur les marchés de facteurs par rapport aux marchés de biens et de services.

Les ménages fournissent du travail, du capital et d’autres facteurs de production aux entreprises. De l’autre côté de l’échange, les entreprises fournissent de l’argent aux ménages en compensation de l’utilisation des facteurs de production.

Les deux types de marchés forment une boucle fermée.

Lorsque les marchés des facteurs sont mis en relation avec les marchés des biens et des services, il se forme une boucle fermée pour le flux d’argent. Par conséquent, la poursuite de l’activité économique est durable à long terme, puisque ni les entreprises ni les ménages ne vont se retrouver avec tout l’argent.

Les modèles sont des versions simplifiées de la réalité.

Ce modèle est simplifié de plusieurs façons, notamment en ce qu’il représente une économie purement capitaliste sans rôle pour le gouvernement. On pourrait toutefois étendre ce modèle pour y intégrer l’intervention de l’État en insérant le gouvernement entre les ménages, les entreprises et les marchés. Il est intéressant de noter qu’il y a quatre endroits où le gouvernement pourrait être inséré dans le modèle, et que chaque point d’intervention est réaliste pour certains marchés et pas pour d’autres. (Par exemple, un impôt sur le revenu pourrait être représenté par l’insertion d’une entité gouvernementale entre les ménages et les marchés de facteurs, et un impôt sur un producteur pourrait être représenté par l’insertion d’une entité gouvernementale entre les entreprises et les marchés de biens et services). En général, le modèle de flux circulaire est utile, car il informe la création du modèle de l’offre et de la demande. Lorsque l’on discute de l’offre et de la demande d’un bien ou d’un service, il convient que les ménages soient du côté de la demande et les entreprises du côté de l’offre, mais le contraire est vrai lorsque l’on modélise l’offre et la demande de main-d’œuvre ou d’un autre facteur de production.

Les ménages peuvent fournir d’autres choses que du travail.

Une question courante concernant ce modèle est de savoir ce que cela signifie pour les ménages de fournir du capital et d’autres facteurs de production non liés au travail aux entreprises. Dans ce cas, il est important de se rappeler que le capital ne se réfère pas seulement aux machines physiques, mais aussi aux fonds (parfois appelés capital financier) qui sont utilisés pour acheter les machines utilisées dans la production. Ces fonds passent des ménages aux entreprises chaque fois que les gens investissent dans des sociétés par le biais d’actions, d’obligations ou d’autres formes d’investissement. Les ménages obtiennent alors un retour sur leur capital financier sous forme de dividendes en actions, de paiements d’obligations, etc., tout comme les ménages obtiennent un retour sur leur travail sous forme de salaires.

 

Choisir une agence de référencement pour son entreprise en 6 bons conseils
4 raisons pour lesquelles une entreprise doit avoir un site web
Import/Export : 5 conseils pour un suivi logistique efficace