Connaître l’essentiel sur le crédit auto

crédit auto

Pour bénéficier d’un prêt pour acheter un véhicule, il est possible de s’adresser à une banque ou à un organisme de crédit. Il existe plusieurs types d’emprunts parmi lesquels il faut savoir distinguer la solution adaptée à sa situation personnelle. Dans tous les cas, les conditions du crédit sont définies par une réglementation précise.

Un prêt sur mesure pour acheter son véhicule

Certains organismes accordent un crédit affecté, c’est-à-dire correspondant à l’achat d’un type de bien particulier, comme un véhicule. Il s’agit d’une forme de crédit personnel, qui peut servir à financer l’achat d’une voiture ou bien d’une moto. Le crédit ballon est quant à lui déconseillé : cet emprunt équivaut à une location avec option d’achat. Un crédit voiture est le plus souvent associé à une assurance emprunteur. Cette dernière est fortement recommandée sans toutefois être obligatoire. L’idéal est de choisir une offre adaptée de crédit auto. Pour examiner les éléments du contrat, l’emprunteur bénéficie d’un délai de réflexion de 14 jours à compter du moment où il a reçu l’offre de prêt.

Une durée de prêt modulable

La période de remboursement est variable en fonction de plusieurs éléments. Le prix de la voiture est l’un des principaux critères, tout comme les possibilités de remboursement de l’emprunteur. Une durée d’emprunt brève correspond à un pourcentage d’intérêt bas : le coût de ce crédit sera donc peu élevé. A l’inverse, plus la durée du crédit s’allonge, plus ce dernier revient cher. En général, cette durée oscille entre 1 et 5 ans, parfois même davantage. Toutefois, mieux vaut que ce délai n’excède pas 5 ans, ce qui est la durée de vie moyenne d’une voiture de nos jours. Il est bien sûr possible de rembourser son crédit voiture de manière anticipée à tout moment. Pour le prêt d’une somme inférieure à 75 000 euros remboursables en 3 mois ou plus, ce crédit peut être assimilé à un crédit à la consommation. Dans ce cas, ce prêt entre dans le cadre de la loi Scrivener. Une proposition préalable de prêt doit être transmise à l’emprunteur. Elle doit comporter des mentions indispensables comme la date, la nature du bien acheté, l’identité des parties, le montant du prêt ainsi que les modalités plus précises de l’accord.

Des garanties pour l’emprunteur et le prêteur

La loi Neiertz parachève la loi Scrivener en responsabilisant l’établissement prêteur. Ce dernier doit tenir compte des taux de la Banque de France qui font autorité en la matière. Des commissions de surendettement sont légalement chargées de trancher dans le cadre d’un accord amiable si l’emprunteur ne peut plus régler ses échéances. La loi allège les obligations des emprunteurs surendettés. En outre, la mise en place d’un Fichier National des Incidents de Crédit (FICP) offre la possibilité aux instituts prêteurs de connaître les emprunteurs qui se trouvent dans une situation financière difficile. Les prêts supérieurs à 75 000 euros n’entrent pas dans le cadre juridique du crédit à la consommation. Ils ne bénéficient donc pas des garanties offertes par les lois Scrivener et Neiertz. L’emprunteur doit être attentif au taux réel du prêt (TEG) et à toutes les clauses du contrat. L’assurance du crédit auto est une option importante. Son contenu et ses conditions doivent être analysés avec soin. Les risques de décès ou d’invalidité sont les plus fréquemment couverts. Cette précaution est très utile et d’ailleurs quasiment systématique. L’assurance chômage, qui permet la prise en charge de la somme due même si l’emprunteur perd son travail, est quant à elle plus rarement souscrite.

Le cas particulier du crédit moto

Ce prêt entre dans la catégorie du crédit affecté. La somme éventuellement accordée par la banque ne peut servir qu’à l’achat d’une moto. Le fonctionnement du crédit moto répond à des modalités très claires :

  • L’emprunteur précise le montant du crédit, sa durée et les sommes à régler chaque mois en accord avec l’organisme prêteur.
  • Le débiteur s’engage à rembourser tous les mois les sommes définies jusqu’au terme du crédit.
  • L’emprunteur doit avoir plus de 18 ans et ne pas figurer au FICP. Il est parfois spécifié qu’il doit résider en métropole.
  • Comme pour un crédit d’achat de voiture, la souscription d’une assurance est possible sans être obligatoire pour autant.

Ce crédit concerne le plus souvent des montants inférieurs à ceux qu’implique un crédit pour voiture. Les taux de remboursement sont cependant identiques à ceux d’un emprunt auto. Il faut bien sûr veiller à solliciter un crédit pour une moto abordable, que l’on peut rembourser. Ce prêt personnel affecté à l’achat d’une moto peut s’élever à un montant maximal de 75 000 euros. Les taux sont assez bas et le remboursement des échéances ne commence qu’une fois la moto livrée à l’acheteur.

Achat de pièces auto : trouver un site spécialisé
Effectuer un diagnostique électronique sans panne : est-ce conseillé ?
Les 7 principaux composants d’un vélo électrique