Comment bien isoler son toit ?

Généralement, un grenier sert à entreposer les articles qu’on n’utilise pas. Cependant, on peut le transformer en une pièce à vivre. Pour cela, on doit penser à l’isolation toiture et à des travaux d’aménagement. Avant de faire quoi que ce soit, il faut étudier les conditions structurelles sur place. Aussi, il faut tenir compte de quelques détails importants pour une meilleure isolation thermique.

Protection du matériau d’isolation de l’humidité

Vous devez protéger votre matériau d’isolation toiture contre la pénétration éventuelle d’eau de pluie. C’est important car un matériau d’isolation humide perd son effet isolant et une meilleure protection garantit une plus grande résistance thermique. En général, on utilise pour cela une feuille spéciale qui est tendue de manière étanche sur les chevrons avant de fixer les lattes et les tuiles du toit. Si cela n’est plus possible parce que le toit est déjà couvert, la barrière d’humidité doit être créée à l’intérieur de la structure existante du toit. Il n’est guère possible d’appliquer un film entre les chevrons individuels. Au lieu de cela, une autre solution s’impose :

Directement sous la construction existante du toit, vous clouez à gauche et à droite sur les chevrons dans le sens longitudinal, de haut en bas, des lattes de toit. Ces lattes sont utilisées pour fixer une couche de panneaux isolants en fibres de bois souples, qui doivent être imprégnés contre l’humidité. En les installant, vous pouvez vous assurer que l’isolation thermique est protégée contre une éventuelle pénétration d’eau de pluie ou de neige. En même temps, cela crée un espace d’air entre les briques et le panneau d’isolation en fibres de bois souples, dans lequel l’humidité peut sécher.

Installation isolation thermique

Pour procéder aux travaux d’isolation thermique, vous devez fixer des tapis de laine minérale de 20 centimètres d’épaisseur entre les chevrons. Vous devez les serrer fermement afin que le matériau isolant puisse travailler, c’est-à-dire rétrécir, se déformer et tordre la construction en bois. Il ne doit y avoir ni joints, ni fissures, ni interstices. Cela réduirait considérablement l’effet isolant de l’ensemble de l’isolation thermique.

Lorsque vous coupez le matériau isolant sur mesure, veillez à ajouter environ un centimètre de largeur pour que les nattes soient bien serrées entre les chevrons. L’épaisseur du matériau d’isolation doit être d’au moins 20 centimètres. Cependant, les chevrons existants ne sont souvent pas assez profonds pour accueillir un matériau isolant de cette épaisseur. Si c’est le cas, vous pouvez doubler les chevrons avec du bois suffisamment haut. 

Si vous n’avez pas les compétences requises, vous pouvez toujours confier la tâche à un professionnel. L’efficacité de l’isolation toiture dépend essentiellement d’un travail bien fait. D’ailleurs, en engageant un spécialiste, vous pouvez bénéficier d’une prime énergie. 

Utilisation d’un pare-vapeur

Isoler la toiture peut aussi s’accompagner d’une installation de pare-vapeur. En effet, en été, lorsque l’air chaud absorbe plus d’humidité, la vapeur d’eau peut s’échapper de la construction du toit vers l’intérieur. En hiver, par contre, très peu d’humidité peut s’échapper de l’air chaud intérieur vers l’extérieur. Il faut donc penser à mettre en place un pare-vapeur en considérant les quelques points suivants : 

– Les joints et les raccords des murs, des cheminées, des conduits et des tuyaux qui ont été traversés, des fenêtres de toit, etc. doivent être soigneusement scellés de manière étanche à l’air avec un ruban adhésif spécial ou avec du caoutchouc butyle. 

– Un simple ruban adhésif double face, une bande de moquette ou autres ne sont pas adaptés à cet usage car ils ne résistent pas au vieillissement. 

– Comme les chevrons en bois de la construction du toit se dilatent, se rétractent ou se tordent en fonction de la température, il ne faut jamais tendre le pare-vapeur de manière étanche sur les chevrons, mais le laisser s’affaisser légèrement. De cette façon, le matériau peut absorber les mouvements des chevrons sans arracher les coutures, les raccords et les points de fixation collés.

Les erreurs à ne pas commettre si vous changez vos fenêtres
Location meublée ou SCPI : quel est bon choix ?
3 erreurs à éviter en construisant votre maison